Si vous ne voyez pas ce message correctement, consultez-le en ligne.

Paris, le 11 mars 2018

Communiqué de presse

Vélib' Métropole : Smovengo sort de son silence pour dénoncer les contre-vérités

Voilà plusieurs semaines que les critiques pleuvent sur le nouveau service Vélib Métropole, opéré par le consortium Smovengo choisi par le SAVM, Syndicat Autolib et Vélib Métropole, face à l'acteur sortant, JCDecaux.

Le service Vélib Métropole n'est pas totalement opérationnel et nous le regrettons en premier lieu. Beaucoup de stations manquent encore à l'appel et des dysfonctionnements logiciels viennent perturber le service.

Le système fonctionne tout de même, avec près de 15.000 trajets par jour désormais, ce qui est un niveau comparable à celui de Vélib 1 à nombre de stations égal, malgré des ratés pour les clients lors de la prise ou de la dépose des vélos. Ces ratés tiennent pour l'essentiel au fonctionnement des stations sous batterie, qui est un mode de secours lié aux difficultés d'électrification.

Chaque heure qui passe, nous travaillons d'arrache-pied pour améliorer les choses.

Encore faut-il qu'on ne nous mette pas des bâtons dans les roues.

Il est donc temps de rétablir quelque vérités car une bonne partie de ces critiques ne sont pas fondées.

> Vouloir faire croire que Smovengo est une société inexpérimentée est une absurdité : notre consortium est constitué d'acteurs leaders européens et mondiaux (Indigo, Mobivia, Moventia, Smoove…) qui ont su relever le défi de chantiers vastes et complexes dans de très nombreux pays dans le monde, souvent face à des contraintes élevées.

> Notre consortium travaille sur Vélib' Métropole avec les meilleurs partenaires possibles à l'exemple de Bouygues, Colas ou High Graph dont le professionnalisme ne saurait être remis en cause.

> 100% des équipements (vélos, bornes, bornettes) nécessaires au projet sont produits et disponibles. Et le vélo est unanimement salué par les utilisateurs quant à sa légèreté, sa maniabilité et la qualité de ses matériaux.

> Nous nous félicitons de l'excellente collaboration et des échanges constructifs avec les élus de terrain sur ce projet, que ce soit avec la Mairie de Paris ou avec les équipes municipales des nombreuses communes franciliennes qui vont accueillir Vélib' Métropole.

Pourquoi, alors, le service n'est-il pas totalement opérationnel, comme les utilisateurs peuvent le constater ?

Parce qu'un temps précieux a été perdu depuis plusieurs mois.
Et Smovengo en a subi et continue à en subir les conséquences.
Sans ces pertes de temps, Vélib' Métropole serait aujourd'hui au rendez-vous !


Les équipes de Smovengo sont expérimentées et professionnelles. Elles avaient identifié les obstacles, notamment ceux liés à la contrainte de temps, dès la signature du contrat. Nous avons démarré le projet en connaissance de cause tout en ayant partagé avec notre client les risques liés au planning tendu nécessitant une réactivité et un alignement idéal des conditions de déploiement.

Les retards constatés aujourd'hui ont deux causes principales :

1 / Le sortant, notre concurrent, a tout tenté par ses recours juridiques (tous perdus !) et ses manœuvres dilatoires, y compris en matière sociale, pour retarder le passage de relais. Encore aujourd'hui, il multiplie les déclarations agressives et mensongères. Ses propos sur l'électrification démontrent un manque d'information ou un amateurisme assez confondant. Pire, son très grand retard dans le démontage de ses stations perturbe fortement la montée en puissance de nos chantiers. Chacun peut aisément constater dans les rues de Paris la présence, encore à ce jour, des stations que notre prédécesseur devait avoir démontées. A pparemment Chez JCDecaux, la perte du plus grand contrat de vélos en libre-service au monde a du mal à passer.

2 / La gestion administrative du projet par le SAVM a souffert de graves insuffisances. Elle n'a pas été menée avec toute l'efficacité voulue par un tel appel d'offre, d'une ampleur absolument considérable par sa taille et ses défis technologiques qui prévoyait en outre une continuité de service nécessitant les process les plus rigoureux. Face à la  multiplicité des intervenants techniques, seule une gestion  administrative parfaite aurait permis de tenir les délais. Pour que l'opérateur exécute bien sa tâche, encore faut-il que le donneur d'ordre assume toutes les responsabilités qui lui incombent.


Si nous voulions commencer à lister les raisons de ces retards, nous pourrions énoncer de nombreux éléments incontestables :

- La contractualisation par le SAVM a dérapé de 3 mois. Elle était initialement prévue en février et a été passée courant mai. Le recours déposé par JC Decaux lors de l'attribution explique une partie importante de ce retard, qui est considérable compte tenu des délais initiaux extrêmement réduits.

 
- Six semaines ont été perdues par le SAVM pour la validation des designs des bornes et des vélos par rapport aux délais contractuels : malgré la production des équipements effectuée en un temps record, ces retards sont fortement pénalisants pour l'ensemble du calendrier.


- Les cahiers des charges techniques fournis n'étaient pas complets, notamment pour la gestion des travaux de génie civil et pour la partie électrique. 


- Le calendrier contractuel prévoyait 525 stations et non 700 au 1er janvier. Persister à répéter des chiffres inexacts ne change pas la réalité et n'offre pas aux élus la transparence nécessaire .


- Les négociations sociales pour la réembauche des personnels Cyclocity se sont prolongés jusqu'à la mi-décembre  :  ce retard ne nous a pas permis de recruter nos équipes ni de les former avant janvier.


- L'important retard pris par JC Decaux dans le démontage des stations Vélib' 1 (à date, 350 stations qui auraient dû être démontées ne le sont toujours pas) empêche les équipes de travaux publics de tenir les cadences.


- Notre système, fort de ses vélos électriques, est une première mondiale. Les besoins électriques du nouveau service (45.000 bornettes à brancher sur 220 volts), n'ont rien à voir avec le système précédent et obéit à des normes plus contraignantes. Le sous-sol parisien se rélève beaucoup plus complexe que ne l'imaginait le SAVM sur le plan du génie civil dans son cahier des charges. 544 stations ne peuvent toujours pas être raccordées au réseau électrique car les informations techniques (normes C17-200 pour le  mobilier urbain électrifié) ne sont pas disponibles. Du coup, afin d'offrir aux utilisateurs une solution, certes non idéale mais temporaire, nous avons mis en fonctionnement les stations sous batterie. Cela offre un service mais avec des aléas, particulièrement en période de froid qui décharge les batteries.


- Près d'une centaine de stations ne sont pas aujourd'hui électrifiées en raison des retards de plusieurs semaines d'Enedis. Seules 98 stations l'ont été jusqu'à ce jour.


- Près de 200 adresses définitives de stations ne nous ont pas encore été transmises par le SAVM, ce qui ne permet pas de commencer les travaux de génie civil.

Malgré tous ces obstacles, 376 stations ont été mises en service au 10 mars et plus de 3500 vélos sont en circulation.

Le déploiement du projet Vélib' Métropole devrait suivre le planning suivant : plus de 500 stations seront installées fin mars, près d'un millier à fin mai, début juin. Et la totalité du service sera déployé cet été, notamment si tous les problèmes et erreurs listés ci-dessus sont enfin résolus, au moins en partie.

Velib2 offre à Paris et sa métropole un service de vélos en libre service qui sera la référence mondiale par sa modernité technique et son ampleur. Un système pour les quinze prochaines années, un système très innovant choisi par les élus d'Île-de-France.

Les Franciliens disposeront très bientôt du meilleur service de Vélo partagé au monde. Ils méritent la vérité pour mieux comprendre cette situation transitoire.

A PROPOS DE SMOVENGO
Smovengo est une entreprise créée par 4 sociétés internationales expertes en mobilités urbaines : Smoove, Indigo, Moventia et Mobivia. En avril 2017, Smovengo a remporté l'appel d'offres pour le marché des vélos en libre-service de Paris et de la métropole du Grand Paris. Le service Vélib' sera mis en service par Smovengo en janvier 2018.

Contacts presse :
RUMEUR PUBLIQUE
Audrey Noël : 06 03 45 75 39 - audrey@rumeurpublique.fr
Olivier Provost : 06 86 44 50 84 - olivier@rumeurpublique.fr
Smovengo@rumeurpublique.fr


Si vous ne souhaitez plus recevoir nos messages, suivez ce lien :

Veuillez me retirer de votre liste de diffusion